- 42 -

La demande de résidences étudiantes explose en France

Les étudiants sont de plus en plus nombreux à vouloir séjourner dans les résidences étudiantes : certaines villes manquent en effet d’établissements d’accueil adéquats pour les loger. La demande devient donc plus tendue, d’autant plus que de nouvelles grandes écoles voient le jour chaque année.

À quoi est dû ce boom du nombre d’étudiants ?

Presque la moitié des étudiants en France viennent de différents pays étrangers. Ce nombre a encore augmenté à la rentrée 2019, à hauteur de 2% par rapport aux chiffres de l’année précédente. Par ailleurs, la France est considérée comme étant un des pays les plus attractifs pour y poursuivre ses études, elle occupe le quatrième rang mondial après l’Allemagne, le Canada et la Russie.

Les étudiants étrangers disposent d’un budget relativement conséquent, leur permettant d’intégrer ces résidences avec services, sachant que leurs principales dépenses proviennent des loyers.

En ce qui concerne les étudiants locaux, ils sont tout aussi nombreux à vouloir loger dans ces résidences en raison de leur attractivité par rapport aux logements classiques. Ces résidences se démarquent en effet par leur confort et leur modernité, de même que par les services qui y sont proposés (laverie, blanchisserie). Les étudiants disposent aussi de salles de sport et de remise en forme, ou encore d’espaces de détente et de loisirs au sein même de ces résidences.

Par ailleurs, l’année 2000 a connu un babyboom significatif, avec plus de 30 000 naissances enregistrées dans l’Hexagone.

La capacité d’accueil des étudiants en France est limitée

À la différence de ces pays sus mentionnés qui disposent d’une plateforme d’accueil et d’hébergement adéquats pour les étudiants locaux comme étrangers, la France manque encore d’appartements meublés répondant aux attentes des étudiants. En effet, ces derniers ont souvent du mal à se loger dans certaines villes, d’où la hausse considérable de la demande en résidences.

Comment trouver son logement étudiant ?

De nombreux sites internet proposent désormais de nombreuses résidences étudiantes dans différentes villes. Il suffit de lancer la recherche par ville et de découvrir les différentes offres. Les recherches peuvent être orientées par localisation, par type de logement (studio individuel ou appartement T2 à T4), loyers et caractéristiques (environnement immédiat, proximité des centres commerciaux, des transports, des universités).

La recherche peut également être affinée en fonction du budget dont dispose l’étudiant : la fourchette de prix dont ce dernier est prêt à dépenser sera donc mentionnée dans le formulaire de recherche. D’autres critères pourront également être spécifiés sur ce dernier, par exemple la nature des services dont l’étudiant souhaite profiter.

Il est aussi recommandé de visiter à l’avance la résidence : quels sont les atouts proposés, les caractéristiques du quartier, sans oublier la qualité de l’accueil et de la prise en charge de chaque locataire. C’est pourquoi, toujours accorder un intérêt particulier au gestionnaire qui est l’acteur principal sur qui repose ce type d’exploitation.

Comment investir ?

La résidence étudiante est devenue un produit d’investissement destiné à tout particulier souhaitant percevoir des revenus locatifs de la location meublée. Pas de contrainte de gestion, dans la mesure où c’est l’exploitant qui se charge de trouver les locataires, de gérer les baux et de procéder au recouvrement des loyers.

Investir dans ce type d’établissement meublé, c’est donc profiter d’un rendement intéressant pouvant atteindre jusqu’à plus de 4%, voire 5% par an. La résidence étant exploitée par un professionnel, les risques de vacance locative sont minimes, les travaux de réparation et d’entretien totalement pris en main par celui-ci. Le contrat signé sera donc un bail commercial et l’investisseur profitera de tous les avantages fiscaux de la location meublée non professionnelle ou LMNP. Les informations complètes sur defiscalisezmoi.com.

Investir

  1. 27 Oct. 2019Investir en SCPI via l'assurance-vie : une bonne idée ?362